samedi 18 janvier 2020

Notre projet Eau, assainissement et sécurité alimentaire 2020 est lancé !

Voici presque mot pour mot, le mail du 15 janvier 2020 de Guillaume Ouattara, Président de l'ADSER qui coordonne les équipes de formateurs et organise le travail sur place, complété par nos soins par quelques images prise sur place entre 2014 et 2017 :

à gauche Étienne Nikiéma, agronome, à droite Guillaume Ouattara, technicien au Bureau National de Sols et Président de l'ADSER, deux partenaires essentiels pour la réussite de nos projets de développement ici lors de la restitution, à l'occasion de notre première rencontre fin 2014, à Koassanga où tout a commencé
Pour ce qui concerne les travaux du projet à Boulsa,  les formateurs partis le vendredi 10 janvier 2020 sont bien rentrés.
Les 50 bénéficiaires ont tous été sensibilisés par les formateurs du village de Kaossanga et formés pour la collecte des agrégats.

Ci-dessous des graviers au sud de Kiendsom et du sable au pied de la montagne de Rapéla et blocs de béton plein moulés sur place par les briquetiers.

graviers au sud de Kiendsom
sable au pied de la montagne de Rapéla
sable au pied de la montagne de Rapéla


Blocs de béton plein, réalisés sur place par des briquetiers, à partir des agrégats collectés par les bénéficiaires : ils veulent être acteur du développement de leur village


cadeaux de Kiendsom et Rapéla, signes de considération : plus le cadeau est important, plus le visiteur est considéré. On n'avait encore jamais offert autant lors d'une restitution, c'est dire combien Kiendsom et Rapéla sont motivés pour notre projet commun !
Vu la motivation, nous espérons que les matériaux soient collectés d'ici la fin de cette semaine. 
Une assistance nombreuse et motivée qui a pris des engagements solennels
 Nous prévoyons dès le 20/01/2020 effectuer les missions de contrôle par les formateurs. 
Si tout est ok, nous prévoyons passer à l'acquisition et à la distribution du matériel au cours de la période du 22 au 25/01/2020 afin de démarrer les constructions des 50 latrines immédiatement.
 
La construction des centres d'hygiénisation des urines interviendra courant fin mars à avril. 
Grand centre d'hygiénisation de Koassaga (Collecte, gestion et assainissement des urines 35 jours à l'abri de l'air pour neutraliser tous les microbes). Nous construirons un petit centre par quartier plutôt qu'un seul grand centre, 6 sont prévus cette année.
Celle des latrines publiques est prévue pour le mois de mai 2020.
Les emplacement des latrines publiques ont été abordés au cours des rencontres de sensibilisation et les choix définitifs sont en cours validation par les populations en relation avec les formateurs et nous également.
La formation de maçons endogènes pourra se faire en même temps pendant la construction des latrines publiques.
Toilettes de l'école en 2017, modèle de latrines publiques

Intérieur des toilettes bien entretenues. On fait pipi au milieu, popo à gauche une poignée de cendre parfait l'hygiène, le climat et la ventilation font le reste




Combien ça coûte ? Typiquement 400 Euros par latrines et par cour : Construites pour durer au moins 25 ans et plus si bien entretenues, à quoi il faut ajouter le coût des formations à la collecte des agrégats, à l'entretien et à la vidange soit environ 25 Euros par latrines


NB : Nous ne sommes pas des pionniers, l'EcoSan existe depuis l'antiquité ! Mais nous nous appuyons sur des expériences capitalisées, notamment celle de Koassanga à qui nous devons tout :

https://www.youtube.com/watch?v=yKzmDFXiLtM

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire